Le numérique au féminin avec les Orange Camps

orange campsDans le cadre du Women’s Forum 2011 qui se déroulera du 12 au 15 octobre à Deauville, Orange organise, depuis début septembre, un parcours national d’ Orange Camps déclinés autour de la réflexion collective sur le thème du numérique.

La semaine dernière l’ Orange Camps se déroulait à Toulon. L’occasion de découvrir la toute nouvelle Cantine toulonnaise et d’échanger sur le numérique au féminin autour de 3 ateliers de réflexion :

  • Internet a-t-il un genre ?
  • Le numérique facteur de parité dans le milieu professionnel ?
  • Comment encourager les femmes à se lancer dans les métiers du numérique ?

Internet a-t-il un genre ?

Oui et non ! Ça ressemble à une réponse normande mais difficile de trancher devant le constat que nous sommes encore en pleine mutation des usages.

Un débat qui montre que les débuts d’Internet furent très masculins et que rares sont celles qui ont pris le train en gare dans les années 90 pour des raisons de technicités. Mais il est évident que la femme a su rapidement prendre sa place dans la matrice, s’adaptant à Internet et l’adaptant même à elle. Les (r)évolutions techniques de prise en main d’Internet y sont pour beaucoup : plus besoin de savoir coder pour faire sa page perso, les CMS et l’ergonomie des interfaces des sites, navigateurs, réseaux (…) ont grandement facilité son utilisation.

Côté image, hommes et femmes brouillent les cartes avec une volonté certaine à plus de protection de la vie privée et de l’identité réelle grâce à l’avatar et au pseudo qui donnent de l’internaute une projection asexuée. En revanche, le débat fait ressortir que la femme fait plus attention à sa réputation, à son image. Une femme dans un monde d’homme (si tant est qu’Internet soit un monde d’homme) devrait donc faire attention à ses comportements ? L’image renvoyée derrière l’écran est-elle déformée ? Interprétée ?

Côté usage, pas de différence majeure à l’utilisation des réseaux sociaux qui dépendra plus de la profession que du genre de l’internaute. En revanche, de par ses centres d’intérêt et sa sensibilisation, la femme ne traitera pas des mêmes sujets sur les blogs et c’est peut être là que l’on verra le plus la différence homme/femme (plus rare de voir un homme tenir un blog de mode qu’une femme).

Internet favorise-t-il la parité ?

Autre débat, faut-il absolument passer par des législations pour établir des quotas, après les quotas ethniques, ceux de la chanson française, celui des femmes ? Puisque le numérique tente visiblement à supprimer les barrières du genre (et aussi de l’âge) on pourrait être tenté de croire qu’il favorise la parité ? Pas si sûr…

Le débat pointe du doigt non plus la parité derrière l’écran mais celle en amont, celle des écoles, des filières trop peu fréquentées par la gente féminine. La geekette ne serait qu’un mythe ? Comment faire pour augmenter le quota de femmes dans les écoles ? 65% des écoliers d’aujourd’hui exerceront des métiers encore inconnus aujourd’hui… mais pour l’instant, les ingénieurs présents qui nous précisent que sur 75 étudiants seulement 4 femmes !

On se pose alors la question de savoir s’il faut bousculer les préjugés, les coutumes, notre culture sociale. Alors comme ça les filles c’est Hypocagne, les garçons math sup ? Les garçons c’est la technique et les filles les contenus ? Convenu certes mais visiblement toujours d’actualité, même dans les jeunes générations.

Mais chacun s’accorde à dire que si la parité n’est pas acquise, la complémentarité sur Internet entre hommes et femmes est évidente. Prenons l’exemple de Corporatement Vôtre : l’homme de la maison fait les structures de vos blogs et sites tandis que je complète avec vos contenus. Je crée ou retouche le design tandis qu’il les intègre… La complémentarité parfaite sans laquelle Corporatement Vôtre ne pourrait pas exister.


Internet, facilitateur de création d’entreprises pour les femmes ?

En parlant entreprise… Le numérique a de façon évidente permis à plus de femmes de créer leur entreprise et notamment grâce aux e-boutiques. La simplicité (toute relative) de la mise en place aujourd’hui d’un site de e-commerce a facilité le développement de la créativité et l’indépendance féminine. Moins contraignant d’ouvrir un site e-commerce qu’un magasin avec pignon sur rue (moins cher aussi). Non négligeable aussi, les possibilités de travail à domicile qu’offre Internet pour une mère de famille. Une autre qualité de vie qui en motive plus d’une !

Par ailleurs, comme on le disait un plus haut, Internet et l’écran effacent le genre de l’interlocuteur et favorisent sans doute le lancement de celles qui n’osaient pas. Tandis que côté client, la compétence est perçue avant le genre du prestataire.

Des débats, vous l’aurez compris, très riches qui se poursuivront au Women’s Forum de Deauville où les conclusions de ces Orange Camps feront l’objet d’une restitution par Christine Albanel, Directrice Exécutive en charge de la Communication, du Mécénat et de la stratégie dans les Contenus.

Share This:

  2 comments for “Le numérique au féminin avec les Orange Camps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *